Wednesday, November 14, 2018

Les commerces qui refusent l'argent comptant, est-ce une bonne idée?

J'ai lu un article sur grubstreet que j'ai trouvé très intéressant. J'ai décidé de m'en inspirer pour faire une réflexion avec vous des pours et contres de cette nouvelle tendance américaine : les commerces sans cash.

L'article disait qu'à l'été 2017, Visa a organisé un concours pour les commerçants appelé "cashless challenge" qui leur offrait 10 000$ s'ils refusaient dorénavant de faire des transactions en argent comptant. 

Est-ce que c'est une bonne idée? Résumons les pours et les contres...

Avantages : 
- Réduire les risques de vols
- Rapidité et facilité des transactions
- Éviter les lavements de main des employés en alimentation après avoir manipulé de l'argent
- Temps sauvé à ne pas avoir à chercher de la monnaie à la banque, compter les caisses, gérer un coffre-fort, etc 
- Facilité à associer des programmes de fidélité et récompenses de cartes

Inconvénients : 
- Certaines personnes comme les itinérants, les jeunes enfants ou les personnes qui ne se qualifient pas pour des comptes bancaires ne peuvent pas avoir de crédit. 
- Certains touristes préfèrent payer comptant pour éviter les frais de taux de change de leur banque.
- Cela permet aux compagnies comme Apple, Visa ou Square d'obtenir beaucoup d'informations sur nos habitudes d'achat.
- Certaines personnes n'arrivent pas à se contrôler et s'étouffent avec le crédit. 
- Transactions impossibles en cas de coupure du réseau internet ou panne d'électricité prolongée

Est-ce que nous souhaitons vraiment qu'une nouvelle fome de ségrégation se mette en place, basée sur les modes de paiements? Étonnament, dans les 20 dernières années aux USA, l'argent comptant a augmenté de 5% annuellement. Il y a donc deux fois plus de billets en circulation qu'en 1996... bien sûr, il est possible d'avoir des cartes pré-payées, mais c'est quelque chose à gérer. Personnellement, malgré que je sois programmeur, je DÉTESTE les cellulaires et le mien est souvent oublié à la maison ou déchargé. Donc tout ce qui est payer à partir d'un téléphone... je trouve que c'est un trip de ti-gars de ceux qui aiment avoir le dernier gadget. J'ai bien une carte de crédit et j'apprécie ses avantages, mais je trouve triste les frais pour les petits commerces de proximité. L'idée qu'avec de l'argent sonnant je peux me débrouiller partout était agréable... j'ai encore en mémoire ma consternation lorsque j'ai voulu acheter des billets de transport en commun au Danemark, mais que les machines pour le faire refusaient les cartes de crédit étrangères. 

Plusieurs personnes déclarent ne jamais avoir sur elle de l'argent et semblent même rire de ceux qui en ont...  je ne comprends pas cette étrange "fierté". J'ai parfois l'impression que c'est plus un moyen pour eux d'éviter les dons au bureau. Je vends des romans et c'est souvent un commentaire : "ah mais je n'ai pas ce montant sur moi..."  mais quand on leur offre une transaction square, paypal ou accesd... ils se défilent d'une autre excuse ;)

J'ai toujours de l'argent avec moi, car j'aime m'ouvrir des possibilités. 

Saturday, November 10, 2018

Driven : Robert Harjavec ... une lecture inspirante

Je m'étais donné comme défi de lire un peu plus sur la finance, les investisseurs et sujets connexes. C'est pourquoi à Noël dernier, j'avais mis sur ma liste de suggestions le livre d'un de mes dragons préférés : Robert Herjavec. J'avais vu l'épisode où les dragons présentent leur histoire, leur enfance et la sienne m'avait fascinée. Il est né en Croatie et son père a été emprisonné pour avoir parlé contre le régime en place. Il a donc été envoyé sur la ferme de son oncle, un endroit très modeste. Quand son père a été libéré en 1970, Robert avait 8 ans. Lui et ses parents se sont enfuis pour le Canada avec seulement une valise et 20$. Ils sont arrivés en bateau à Halifax puis se sont installés à Toronto où ils ont vécu pendant un an et demi dans le sous-sol d'amis avant que son père trouve un emploi au salaire minimum dans une usine de Mississauga. 

J'ai un faible pour les pays d'europe de l'est qui sont ceux que j'ai préférés dans mes voyages. Dans les romans que j'écris, le héros est Hongrois. Je crois que ça a influencé un peu mon faible pour ce dragon. 

Le but de mon article aujourd'hui est de vous faire un review de son livre "Driven : How to succeed in business and in life". Le livre est axé sur ses conseils pour les gens qui sont des entrepreneurs ou souhaitent le devenir. Il se sert d'exemples de sa vie pour donner des conseils sur comment recruter des employés, quand grossir l'entreprise, comment négocier la vente de sa compagnie et ce genre de choses. Sachant bien que c'est l'émission Dragons' Den qui l'a fait connaître, il se soucie de raconter quelques anecdotes de tournage. 

Certains de ses conseils s'appliquent aussi à tout projet de vie. Robert applique à ses décisions une rigueur qu'il a développée au fil de ses expériences. Je crois que ce qu'il faut en tirer le plus c'est cette idée : le succès vient aux gens qui y mettent les efforts et pour se faire, il faut se concentrer sur l'objectif en accord avec ses valeurs. Et s'accorder le droit à l'erreur, car ce sont des sources d'apprentissages.

p.90 : "It's important, however, to recognize that not succeeding at a goal or not making the correct decision doesn't necessarily qualify as failure. Remarkably few people recognize this fact. Why? Because they're too frightened of imminent failure to aim for future success."

Effectivement, quand nous sommes ambitieux la première chose que les gens partagent avec nous sont toutes leurs visions de risque de se planter. Je dis souvent que "les gens ont peur d'avoir peur".

Robert a travaillé comme serveur dans un St-Hubert parmi ses premiers emplois. Il dit en avoir gardé des réflexions utiles pour sa carrière. Que les serveurs sont aussi à quelque part des vendeurs. On a beau créer le meilleur produit du monde, il n'est pas un succès financier tant qu'il n'est pas vendu.  Voici un résumé de ses règles de serveurs qui s'appliquent aux entreprises : 
- On ne choisit pas ses clients. 
- Les clients n'ont pas toujours raison.
- L'employé qui doit le plus améliorer le service client est celui qui sert directement le client. (Il donne l'exemple des hotels de luxe Four Seasons qui forment tous leurs employés sur la ligne de front au service client et donnent même assez de pouvoir à de simples portiers de rembourser un client insatisfaits ou lui offrir des extras pour résoudre des désaccords.)
- L'impolitesse est toujours perdante. 
- Ne jamais laisser paraître qu'on est débordé même si c'est le cas.

Le marketing est partout et il est aussi dans les services aux entreprises. Robert rappelle à ses lecteurs que bien que les banques font la publicité qu'elles veulent devenir un partenaire de votre compagnie, ce n'est pas le cas. Le rôle de la banque est de vous prêter de l'argent et que vous la remboursiez avec intérêts. Voici un résumé de ses conseils pour faire bonne impression à la banque lorsque vous demandez du financement : 
- Maîtrisez vos chiffres
- Vous avez 90 secondes pour faire une bonne première impression. Ne soyez pas nerveux, parlez de façon à donner confiance.
- Évaluer la valeur de la compagnie de façon réaliste
- La seule mesure de succès sont les ventes réalisées
- Il faut connaître la part de son marché pas juste la taille du marché
- Ne sous-estimez pas votre rôle, on investit d'abord dans la capacité que l'on estime au gestionnaire de l'entreprise.

J'ai bien aimé cet extrait, car je l'applique à mon travail et parfois les patrons sont sceptiques de mon approche : 
" To some people, the idea of having fun in a business session sounds like heresy. To them, the word business is precided by the word serious, which suggests that they are caught up in their own sense of importance. Yet, amid all the statistics, charts, graphs, cost-benefit figures and general content of a sales presentation, prospects remain involved in dealing with various personal crises and decisions. They appreciate any salesperson who can simplify at least one facet of their lives [...]. An element of true rapport, no matter how brief or how motivated, will always be appreciated and rarely forgotten. They day following a presentation, almost no one who attended [...] will recall all the details with clarity But every one of them [...] will remember how they felt during and after the event[...]."

C'est pourquoi je m'assure de toujours faire rire les gens dans mes présentations. Les mettre à l'aise. Les questionner un peu sur leur vie personnelle. Rendre le tout humain et agréable peut complètement changer les rapports et c'est payant.

Je pourrais vous mettre plein d'autres extraits, mais je crois que si ceux-ci vous ont plu vous aimerez cette lecture. C'est un bon livre à traîner dans les salles d'attente car chaque chapitre est court et se lit individuellement ce qui facilite la lecture décousue. Il a vendu des habits pour hommes, travaillé pour une agence de recouvrement, a parti une compagnie d'informatique qu'il a vendu pour mieux en partir une seconde et aujourd'hui investi dans plusieurs entreprises canadiennes suite à ses passages TV. Un homme inspirant et profondément humain qui a su trouver un équilibre entre sa famille et son goût du succès.

Il y a des petits détails qui s'appliquent à votre vie dans ce livre c'est sûr. Celui qui vous donnera une idée, une inspiration peut-être?

https://www.harpercollins.ca/9781554687091/driven/ 

Tuesday, October 9, 2018

Halloween à tout prix : comment être la maison la plus cool de votre quartier!


On va mettre ça au clair tout de suite : j'adore Halloween. J'ai toujours aimé ce qui fait gothique au point que les prénoms de mes enfants sont inspirés de films tels que Beetlejuice et Saw. Pour moi, Halloween est plus altruiste que Noël. Quand on y pense... à Halloween ce sont de purs étrangers qui participent au bonheur des enfants, qui donnent et partagent! J'habite dans un village de campagne à la limite entre la Montérégie et les Cantons-de-l'est... je peux témoigner qu'Halloween rapproche les liens entre voisins. Les adultes se glissent deux, trois mots de politesse, les enfants jugent notre gentillesse et on obtient quelques commentaires sur nos habitudes de vie qu'ils ont constaté. Amusant.

398 millions de dollars : la valeur des ventes de bonbons chez les grands détaillants pendant le mois d'octobre.

Je sais que Halloween se situe dans une zone budgétaire difficile entre les dépenses de la rentrée scolaire et celles à venir de Noël. Je sais que certaines familles dans le besoin se servent d'Halloween comme quasi unique source de gâteries alimentaires pour leurs enfants et en gèrent même la distribution de la cagnotte collectée sur l'année entière. Cependant... la plupart des foyers ont les moyens de donner des bonbons. Mais voilà que plusieurs ferment leur coeur au partage. Toutes les raisons sont bonnes pour se convaincre de ne pas donner :
- Je veux passer avec mes enfants alors je ne peux pas être aussi à la maison...
- Je n'ai plus d'enfants, j'ai donné quand j'en avais.
- Il ne passe presque pu d'enfants dans ma rue.
- J'aime pas ça.
- C'est trop cher.

Je vous dis que JE JUGE allègrement tout ceux qui ont les moyens et qui ne donnent pas. Oui, oui, je vous juge. Parce que pour que Halloween soit un succès, il faut la participation de tout le monde. Ouvrez vos cœurs et vos porte-monnaie pour donner un peu de joie dans votre milieu. Sortez de votre marasme quotidien, faites un sourire au lieu de serrer les dents et achetez-vous une citrouille à mettre près de votre porte. Allumez la lumière d'entrée et donnez des foutus bonbons aux enfants d'aujourd'hui qui vivent tous dans l'angoisse et le stress sociétal. Sinon, j'envoie tous les fantômes du monde vous hanter l'année durant pour vous faire changer d'idée... après tout ça marche pour le vieux grincheux dans le conte de Noël!!

Pensons solutions :

- Vous voulez passer avec vos enfants... demandez à un ado plus vieux de donner les bonbons ou invitez grand-maman à la maison pour la soirée et elle distribuera aux halloweeneux....  au pire, essayez l'honnêteté et laissez un gros bol de bonbons devant l'entrée avec une inscription de se servir soi-même. J'ai déjà vu ça. Et oui oui, les gens ne volaient pas tout.
- Ne plus avoir d'enfants ou avoir donné dans le passé... ça n'a pas rapport! Ma grand-mère a donné des bonbons toute sa vie jusqu'à ce que l'Alzheimer lui vole son coeur d'enfant. Je vous jure que donner rapporte plus de joie que de garder son argent pour soi.
- Il ne passe presque pu d'enfants dans votre coin?  Ben raison de plus pour donner, ça vous coûtera pas cher! Préparez-vous à donner quelque chose que vous aimez vous-même...  quelques barres de kit kat que vous mangerez si personne ne passe...
- Vous aimez pas donner? On fait pas juste ce qu'on aime dans la vie... vous n'aurez que plus de mérite

C'est pas si cher. Chez moi, il passe environ 100 halloweeneux. Je sais, je sais... si vous habitez un jeune quartier de Ste-Julie, vous en recevez peut-être 600! Il faut s'adapter selon le nombre et j'ai remarqué qu'ils sont plus nombreux si Halloween tombe un vendredi soir. Si vous recevez plus de 200 enfants... je vous recommande de donner moins en quantité. Un bon choix pour vous serait les mini sacs de chips, les mini barres de chocolat ou les bonbons type poudre. Il ne faut pas faire des mini sacs. Pourquoi? Primo c'est long à faire et on a pas le temps pour ça... Deuxio, ce n'est pas écologique.  Tertio, c'est trop cher. Quatro, c'est moins bon.

Le ménage québécois moyen dépense 45$ en bonbons à donner. J'espère que rendu ici dans le texte, vous vous demandez ce que moi je donne? Et bien voilà... mon truc c'est Costco et d'éviter les emballages/formats spécial halloween. J'arpente les rangées gâteries du costco et j'observe l'étiquette de prix. L'étiquette donne en petit en bas à gauche le coût à l'unité. Alors je compare les bonbons qui se donnent bien à l'unité comme les bagues-suçon, les oeufs kindersurprise, les barres de chocolat format normal, les paquets de gomme, etc...  Mon objectif est de trouver une gâterie qui est généreuse et qui me coûtera moins de 45¢ l'unité.

Par le passé, j'ai donné souvent des barres de chocolat. Pas les formats halloween, la vraie barre de chocolat. J'ai donné en fait pas mal tout ce que j'ai cité plus haut. Ça dépend des promotions au magasin lorsque j'y vais. J'ai acheté mes 100 portions samedi dernier et j'ai choisi des paquets de gomme trident. Ils me reviennent à 41¢ chacun en paquet de 24.

24 X 4 = 96 paquets de gomme,  96 X 41¢ + taxes = 45.26$


Parfois il vient moins d'enfants alors je m'assure de donner quelque chose que nous aimons nous-mêmes pour manger les restes. Parfois il en vient plus... alors à mi-parcours, mon mari revient à la maison avec les filles vider leurs sacs de récolte et pendant qu'ils repartent faire la collecte, je tri leur cagnotte. Tout ce que je sais que mes enfants aiment moins, je les redonne aux derniers halloweeneux à passer si je manque de stock. Personnellement, je serais prête à investir jusqu'à 200$ en bonbons à donner. Donc je pourrais donner pour 400 enfants avec ma façon de faire. Je suis prête à l'augmentation de la population de mon village!

Et je vous jure que je suis une maison populaire du secteur... J'entends les enfants s'éloigner de la maison en commentant ce que je leur ai donné : "wow une grosse barre de chocolat!"

Ça me rend fière. Ça me rend heureuse de rendre les autres heureux. Je me sens riche... ça n'a pas prix.

Saturday, September 8, 2018

Ce n'est pas donné être un parent cool

Ce n'est pas donné être un "parent cool". Ma fille de 10 ans a regardé la publicité et m'a dit : "je ne pense pas que ce soit possible un abonnement cellulaire à ce prix-là."  J'étais fière d'elle! J'en ai fait une enfant avec un sens critique. Nous sommes allées lire les conditions de cette supposée promotion :

Cette offre promotionnelle, d'une durée limitée, [...] avec entente de 24 mois, à deux (2) forfaits Mobile Premium dont la mensualité minimale est de 64,95 $ chacun et à au moins un (1) forfait 1 Go dont la mensualité est de 43,95 $, avec une entente de 24 mois et un appareil LG X Power 3. Le client obtient un rabais mensuel de 29,95 $ sur l'abonnement au forfait 1 Go. Le client bénéficie de la promotion uniquement si tous les forfaits mentionnés ci-dessus font partie du même compte. Maximum de deux (2) forfaits 1 Go à 14$ par compte. L'utilisation excédentaire de données sera facturée. Frais uniques d'activation de 20 $ par forfait et frais d'achat de carte SIM de 5 $ par ligne en sus. Taxes applicables en sus. 

On est loin du 14$ de la publicité! Les enfants qui offrent du gardiennage, de la coupe de gazon et autres pour 14$.... ils vont déchanter.  À moins qu'ils ont des parents très cool qui ne leur demandent que ça...  pour ma part, je préfère vivre sous mes moyens et avec les intérêts de mes placements devenir cool aux yeux de mes enfants quand je les emmène en voyage.

donc combien ça sembler coûter cette promo?
25$ pour activer
65$ X 2 pour les forfaits premiums des parents je suppose + 14$ pour le forfait de l'ado + taxes = 166$ (arrondi) 

Profitez de ce type de publicité pour faire comprendre aux enfants que ce qui a l'air trop beau pour être vrai l'est et qu'il faut toujours lire les petits caractères d'une publicité.

Quand j'héberge des étudiants étrangers chez moi, je leur fais prendre le forfait de koodoo prépayé. Messagerie texto / photo illimitée internationale et appels selon la balance qu'on veut bien y mettre pour 17$ par mois taxes incluses.  C'est d'ailleurs le forfait qu'a mon mari. Il y a du wifi gratuit partout... utilisons-le!

Sunday, July 8, 2018

Notre défi 2 en 1 : vider le congélo pour partir en Allemagne!


Le temps passe si vite. 
Déjà 15 ans que nous habitons notre maison. 
Déjà 15 ans que j'ai mon congélateur tombeau 23 pieds cube
Déjà 15 ans que je ne l'ai jamais vidé/dégelé...

Chaque année je me dis que je devrais faire un blitz de manger toute la nourriture que je garde dans mon genre de bunker à bouffe. Mes amis rigolent souvent à l'effet que s'il y a une attaque nucléaire, ils devraient se réfugier chez moi car j'ai 6 mois de bouffe. C'est à tester. 

L'année dernière, en prenant une marche devant chez nous, à quelques mètres de notre terrain, mon mari s'est fait frapper par une voiture. Il a un bon ange gardien et probablement parce que son signe d'horoscope chinois est le tigre, il a 9 vies! (il en a déjà utilisé au moins la moitié). Cependant, cela a changé un peu notre perspective. Le plan d'accumuler assez d'argent le plus rapidement possible pour être indépendants financièrement a un autre sorte de risque : trop attendre. Nous aimons voyager et ce n'est pas quand nous nous déplacerons en marchette que nous voulons le faire. 

Cet été, nous allons déjà en croisière en famille. Le plus de choses possibles sont prépayées. Il ne nous restera que quelques guides privés, entrées dans des activités et restaurants à payer. Voilà que... nous nous ennuyons de l'Allemagne et de notre étudiante allemande :D

L'année dernière nous avons hébergé une étudiante allemande et elle nous manque. Aussi, ses parents nous ont invités à les visiter. Nous ne voulons pas remettre ça à trop loin car plus on attend et plus il nous semble risqué que cela ne se produise jamais. Elle finira ses études, s'établiera quelque part peut-être loin de ses parents et l'invitation ne tiendra plus aussi facilement. Voilà que l'argent ne pousse pas dans les arbres... comment pourrions-nous nous permettre 4 billets d'avion pour l'Europe?

C'est là que l'idée m'est venue de combiner les deux. Dernièrement, puisque nous étions 5 à la maison, les dépenses d'épicerie s'élevaient à 1000$ par mois. 

J'ai donc imaginé que si nous nous restreignons à ne dépenser que 50$ par semaine jusqu'à la mi-décembre, nous aurions les moyens de réaliser ce rêve!! Il s'agit d'une épargne de 800$ par mois. 

Ne vous inquiétez pas pour la santé de nos enfants; nous avons beaucoup de réserves! Des sacs de fruits congelés, beaucoup de viande, des conserves, etc. Il reste que l'expérience commence déjà à être intéressante. Nous faisons l'épicerie le dimanche, alors nous en sommes à la 2ième semaine. La semaine dernière nous avons investi le 50$ sur du pain, du lait, des fruits et quelques collations. Aujourd'hui, nous sommes allés tous ensemble à l'épicerie. C'est là que nous avons réalisé les sacrifices à faire. Pas de kombucha, bière, yogourt individuels, fromages fins ou biscuits oreo. Quel sera le casse-tête pour les lunchs des camps de jour qui débutent demain?? Mais voilà que la vie est pleine de choix et nos avons plus envie de manger des pflammkuchen au weihnachtsmarkt que de manger des oreos!

Mes sources de nourriture presque gratuites : 
- réserves
- mon jardin et celui de mon père
- conserves obtenues au travail
- oeufs de mes poules
- apporter les restes lors des soupers chez nos parents

Idées de recettes pas chères : 
- soupe à l'oignon et autres soupes
- n'importe quoi aux patates ou au riz ou aux oeufs
- les pâtes (j'ai une machine pour faire super facilement des pâtes avec de la farine et des oeufs)
- le thé, thé glacé, tisanes, aguas frescas...
- pâté de foie de poulet
- n'importe quoi aux sardines, thon ou saumon en conserve
- tout ce qui est dans la famille des tartines, croque-monsieur, fougasse, bruschettas, etc¸
- crêpes, gaufres, galettes de sarrasin....
- les trucs tex-mex genre quesadillas, chili, nachos...

Je trouve l'exercice intéressant. Les enfants prennent encore plus conscience du coût des aliments. Je me dis que nous serons si reconnaissants d'avoir réussi à obtenir le voyage que nous l'apprécierons plus. Je remarque que je grignote moins, ce qui est bon pour ma ligne! Le projet me donne l'ocassion de changer nos automatismes de création des repas. Je fais plus de recherches, j'ai ressorti un livre de plats économiques (La croûte cassée de Marieve Desjardins) et j'ai déjà hâte d'y essayer les recettes! 

En fin de semaine, j'ai fait du pesto à partir de mon plant de basilic et avec des cachous au lieu des noix de pin. J'ai fait une recette de brownies aux haricots noirs et on a presque déjà mangé la moitié! J'ai fait des croquettes de tofu avec trempette type sauce à pizza et bienque ma plus grande n'a pas aimé, la plus jeune a tout mangé. Je fais des gros pichets de thé glacé et cela a remplacé le jus à notre table. J'aime les défis, j'ai hâte de voir comment sera notre moral après 3 mois et comment je réagirai à voir mon congélo vide. Je sais bien que nous n'avons pas de véritable contraintes monétaire et j'en remercie le ciel! 

J'ai lu cette semaine sur le web ce meme : 


Oui j'aurais les moyens de mettre ce voyage sur ma carte de crédit et l'offrir à ma famille sans rien sacrifier. Cependant où serait les pistes de changement là-dedans? Je veux que mes filles participent, goûtent des nouvelles choses et pensent à leurs amis qui n'ont pas le yogourt dans leur lunch car ils n'ont - pour vrai eux - pas plus de 50$ par semaine. Malgré les petits désagréments, nous sommes très loin de vivre leurs défis, mais n'en reste pas moins une création de discussions et réflections.  Allemagne, j'espère que nous y arriverons et si oui, prépare les fourneaux nous aurons peut-être faim ;) 

Monday, July 2, 2018

Qui risque rien n'a rien et qui ne rêve pas de jouer aux dragons? Le financement participatif en capital, ce que j'en pense!

Le travail était prenant ces dernières semaines et je n'ai pas eu la chance de vous écrire!  Mais voilà, côté finances j'ai quand même développé plusieurs nouveaux projets que je publierai dans les jours à venir! 

Je vais faire comme mes collègues des blogs d'indépendance financière et parler du sujet de l'heure : le financement participatif en capital. 

Pour faire ludique et mettre de l'avant mes talents en vulgarisation, j'ai pensé à la place d'un long texte technique, vous mettre en situation des exemples de discussions que nous pouvons tous entendre autour de nous. Il y aura les discussions oranges et les jaunes... Évidemment, je veux vous faire réfléchir, alors c'est parti : 

- Qu'as-tu fait du long weekend? 
- Sur un coup de tête, nous sommes allés à Las Vegas! J'ai vu un spectacle, mais on a surtout joué.
- Avez-vous gagné?
- Le samedi, j'ai fait 540$ à la roulette, mais je l'ai rejoué. J'aurais aimé remboursé le voyage, mais ça sera pour une autre fois.
- Ok, ouin.


- Qu'est-ce que tu regardes?
- Un site web québécois qui s'appelle gotroo. Ça l'air intéressant... En gros, des startups qui ont besoin d'argent y font un pitch de leur compagnie et leurs projets à venir et cherchent des investisseurs chez les gens comme toi et moi. Un genre de crowdfunding.
- Ok, comme un kickstarter, genre?
- Ben, pas vraiment... parce que sur kickstarter tu pré-commandes quelque chose pis des fois tu acceptes de le payer un peu plus cher que normal mais pour encourager des artistes que tu aimes bien... genre un t-shirt avec un album en download.... mais là tu reçois pas d'objet, juste des parts de la compagnie.
- Ah. Ça l'air compliqué.


- Heille, tu payes combien pour ton vidéotron, toi? Me semble que ça coûte cher...
- Je sais pu.... je pense quelque chose comme 180$ par mois... on a le club illico pis super écran des affaires de même
- Ah oui? ça vaut-tu la peine? Tu écoutes quoi là-dessu?
- Ben on s'en sert pas vraiment finalement, on est plus sur netflix.
- Ok.


- Je t'ai déjà parlé de l'app de Hardbacon? C'est fait au Québec... tu te fais un compte, tu entres tout tes comptes d'investissements pis eux y'analysent ton porte-feuille et te font des suggestions. Sont en train de faire une campagne de financement participative en capital. On peut mettre 1500$ max et je pense que je vais le faire.
- Ça te donne quoi?
- Ben des parts de la compagnie qui fait Hardbacon. Dans le futur s'ils se font acheter, deviennent super gros ou vont à la bourse, je pourrais empocher des gros profits!
- Ok, mais c'est long devenir big. Pendant ce temps-là ça te donne quoi?
- Ils pourraient décider de donner des dividendes. Ça se peut là que pendant des années ça donne pas grand chose, mais faut pas penser de même, c'est un placement sur le long terme.
- Moi je serais pas capable de me passer d'un montant de même longtemps.


- As-tu ton lunch?
- Ouais... un reste de macaroni d'hier pis vu que y'en a pas gros, j'ai pris un peu de craquelins avec du fromage en plus.
- Arf, laisse-faire ton lunch triste pis viens au resto avec moi.
- Tu vas où? 
- Celui au bout de la rue là.
- Nah, c'est trop cher. 
- Pas tant que ça... le plat du jour avec le drink c'est genre 15$. J'y vais le mercredi quand mon amie des RH passe dans notre site, pis les vendredi.
- Ok, donne-moi 5 minutes.


- T'écoutes-tu ça les dragons?
- Des fois.
- Moi je suis rendu comme eux!
- Enh?
- Oui, maintenant que l'AMF permet aux gens ordinaires d'investir jusqu'à 1500$ par startup, je me suis abonné à gotroo et frontfundr et j'ai investi dans 2 compagnies à date!
- Ça te donnes-tu un crédit d'impôt comme un REER?
- Non... mais ça diversifie mes investissements! J'avais pas vraiment de placements à gros risque avant, mais là ça me permet d'en avoir et de contribuer à l'économie d'ici! C'est le fun car on se sent plus investi qu'à la bourse... là je peux communiquer avec les actionnaires sur les réseaux sociaux, c'est plus concret que de regarder des graphiques de stocks sur google finance! 
- Tu pourrais tout perdre.
- On peut toujours tout perdre non?



Alors.... moi quand je lis ces discussions, je vois un peuple québécois qui est très frileux au risque, mais qui supporte sans critiquer l'idée de perdre 1500$ au casino, en services résidentiels qu'ils n'utilisent même pas ou en restaurants. Risque n'égale pas immédiatement catastrope! Risque égale aussi possibilité de grandes récompenses! Dans les conversations oranges, les gens perdent assurément leur 1500$, alors que dans les jaunes..  ils risquent de gagner gros! 

Vous l'aurez deviné, je me suis créé des comptes sur les sites qui chapeautent le financement participatif en capital et j'ai commencé à y investir. J'aimerais participer à 1 ou 2 compagnies par année... ainsi dans 10 ans j'aurais entre 10 et 20 compagnies dans lesquelles j'aurai des parts et sur le lot j'augmente mes chances de belles histoires. 

Pourquoi des compagnies décident de laisser aller des parts pour ce type de financement?  Parce que parfois c'est difficile d'aller chercher du financement dans les banques et les anges investisseurs (comme les dragons). L'autorité des marchés financiers (AMF) permet depuis quelques années à des portails web d'offrir des projets de financement de startups à vous et moi. Pour nous protéger, ils limitent la participation à chaque projet à 1500$. Pour se lancer et investir vous aussi, vous devez créer votre profil sur ces sites... ils vérifieront votre identité à partir d'une photo de votre permis de conduire ou de copies de factures de carte de crédit. Ils poseront des questions sur vos finances afin de s'assurer que de participer à ces projets ne vous met pas à risque financièrement. 

Chez gotroo, le site est bien traduit français/anglais. Ce que j'aime beaucoup c'est qu'on peut faire notre paiement par carte de crédit... ce qui automatiquement me donne 30$ de points sur ma carte :D  Une chose que j'aime un peu moins d'eux c'est qu'ils ne sont pas très actifs sur facebook.

Chez frontfundr la traduction est moins bonne, mais il y a plus de projets offerts car ils couvrent tout le Canada. Il y a possibilité de voir les projets à venir et de les pré-réserver. 

Dépendant de ce que la compagnie qui cherche du financement propose, il est possible d'investir moins que 1500$, vous pourriez avoir des parts pour aussi peu que 99$! 

Varia : 
- Il y a une crise du financement d'entreprises au Canada. Si nous voulons stimuler notre économie, créer des emplois et rester créatifs, il faut arriver à financer nos startups pour éviter qu'elles quittent vers d'autres pays.
- Les investisseurs deviennent des petits embassadeurs de la marque et ouvrent des possibilités de contacts inégalées. 
- Souvent, les pionniers d'une nouvelle économie sont les plus favorisés, c'est le temps de tenter notre chance!
- On se fait des nouveaux contacts!


Lien vers la campagne de Hardbacon sur gotroo 
Lien vers frontfundr 

Wednesday, March 21, 2018

Dossier Voyage : Économisez grâce à Airbnb

J'ai décidé de monter un dossier voyage où je donnerai mes trucs personnels pour économiser des vols à l'hébergement en passant par les activités et les croisières. Aujourd'hui, j'écris au sujet de Airbnb.
Déjeuner dans des boîtes de céréales à Seattle


Peut-être avez-vous déjà entendu ce nom dans les médias? Un collègue aventurier du bureau a mentionné l'utiliser? Mais qu'est-ce que c'est Airbnb? C'est un site internet qui vous permet de réserver de l'hébergement directement auprès de particuliers. Vous allez sur le site, entrez la ville et les dates de votre voyage et une carte apparaît avec des offres d'hébergement. Il y a des chambres, des appartements, des maisons entières offertes à la location. 

Vous pouvez visualiser les fiches des lieux et une description de l'hôte. Il sera indiqué ce qui est inclus (wifi, emplacement de stationnement, cuisine, piscine, équipement pour bébés, etc). Parfois il y a un frais pour le ménage après votre départ. Souvent il y a une taxe locale d'hébergement. Il faut bien lire la fiche en entier et les commentaires laissés par les locataires précédents. 

Quand vous avez fait votre choix, la méthodologie habituelle nécessite d'écrire un message à l'hôte et lui demander poliment s'il accepte de vous louer l'espace pour ces dates. C'est là qu'il faut se vendre et expliquer ses intentions. Si vous dites être un couple dans la quarantaine qui vient visiter la ville vous êtes plus attirant qu'un groupe de 4 jeunes hommes qui viennent faire la fête. Si vous êtes avec des enfants, n'oubliez pas de mentionner qu'ils sont bien élevés et habitués à voyager. Lorsque vous aurez utilisé quelques fois airbnb votre fiche personnelle sera plus rassurante pour les hôtes car ils pourront y lire la confirmation que vous n'avez jamais rien brisé et que vous étiez irréprochables.

Plus on prend de risques, plus ça rapporte!

C'est le cas pour tout. Les investissements que l'on risque à la bourse sont plus payants que ceux garantis à 100%. C'est sûr. La prise de risque est récompensée. C'est la même chose avec Airbnb. Vous prenez un risque car le fait de vous rendre dans une résidence privée est plus complexe que d'aller à un hotel. Il n'y aura pas de navette vous menant à votre airbnb. Et obtenir les clés peut s'avérer complexe si le voyage ne se déroule pas comme prévu. Par exemple, lorsque nous avons réservé un appartement à Munich, nous avions prévus arriver vers 15h. Le matin même, l'hôte nous envoya un texto pour dire qu'il avait dû quitter la ville et avait laissé les clés aux employés d'une boulangerie au coin de la rue. Cependant, notre vol a été retardé pour cause de brouillard intense. Ensuite puisque nous étions plus tard, nous avons attrapé le traffic intense de fin de journée sur le réseau de train nous menant de l'aéroport au quartier de notre réservation. Au lieu de rouler bien vite, il faisait de longs arrêts à toutes les stations. À 17h50, nous sommes arrivés en courrant à la boulangerie qui était sur le point de fermer. Un seul employé, lumières tamisées, passait la moppe. Il nous a remis les clés avec un certain soulagement qui n'égalait point le nôtre! Peut-être nous aurait-il attendu un peu? Je ne sais pas... Mais si nous étions arrivés à 18h30... Peut-être on se serait butés à une boulangerie fermée et déserte et nous aurions été pris dans un quartier résidentiel sans endroit où dormir. C'était un risque à prendre, mais il en a vallu le coût. L'endroit était bien situé, amusant avec son hamac et nous avons une anecdote de voyage à raconter!

Quels sont les avantages de Airbnb?

- Le prix

C'est souvent beaucoup moins cher que l'hôtel, surtout en Europe. À Copenhague, nous avons bénéficié d'un appartement complet pour 3 nuits pour le même prix qu'une petit chambre sans déjeuner inclus dans un hôtel. Ceci libère du buget pour faire plus d'activités. 

Il faut cependant toujours comparer. Si airbnb était une grande économie à Seattle où nous étions à quelques minutes de marche du Space Needle... ce n'est pas nécessairement le cas à New York.  Oui à New York il y a des milliers de airbnb. Mais j'avais besoin d'un endroit où garer la voiture et alors les aibnb qui incluait des stationnements étaient en périphérie ou bien ce n'était pas clair, alors j'ai préféré un hôtel où je ne stresserais pas sur ma voiture. Il faut toujours comparer. 

- La cuisine

Je vise toujours des appartements complets ce qui nous donne accès à une cuisine. J'ai un grand plaisir à faire les allés d'une épicerie locale à la recherche de saveurs nouvelles et de d'autres réconfortantes. C'est fou ce qu'on peut économiser en achetant une douzaine d'oeufs, un pain et des yogourts pour les déjeuners. Un paquet de pâtes et une bouteille de sauce tomates et voilà un souper rapide. Économiser sur les restaurants permet d'en choisir peut-être juste un, mais de grande renommée (par exemple à Munich, on a réservé dans un resto étoilé situé dans le haut de la tour olympique et qui tournait afin de nous faire admirer la vue de la ville by night).  Aller au resto, ça prend aussi beaucoup de temps dans une journée. Les minutes économisées sont importantes car j'aime tout maximiser.

- Vivre comme un local

On se sent beaucoup moins touriste quand on a en poche les clés d'un appartement dans un quartier résidentiel. Les petits détails de la vie dans ce pays qui nous auraient peut-être passés sous le nez se dévoilent dans un airbnb. À Copenhague, nous avons dû apprendre comment utiliser un four à convection. Au retour à la maison, nous nous en sommes acheté un! C'était intéressant de voir leur mobilier scandinave, la déco, etc... Beaucoup plus personnelle qu'un hôtel. Les gens vivent normalement dans cet appartement. Si on ouvre les tiroirs, on voit leurs vêtements... 

Il y a d'autres petits risques... Ce serait possible si vous réservez longtemps d'avance que plus tard, l'hôte décide d'annuler la réservation. Il faudra alors refaire ses plans. Ça ne m'est jamais arrivé, mais je sais que c'est possible.

- Les rencontres

Il est possible de louer une chambre dans une maison habitée. Ainsi, ça devient comme un Bed & Breakfast et on peut parler avec notre hôte et obtenir ses conseils pour visiter la région. Personnellement, je n'aime pas ça... mais d'autres adorent.




Conseils : 
- Ayez avec vous un cellulaire pour pouvoir contacter l'hôte le plus facilement possible. 
- Essayez d'être à l'heure pour le check in... Une fois en Allemagne, nous sommes arriés 2hrs d'avance et il a fallu attendre avec les valises sur un banc d'arrêt de bus, sous la neige de décembre, que la personne avec les clés arrive. C'est un peu long quand on a envie de pipi ;)  
- Visez les fiches avec déjà de bons commentaires et lisez-les! À Copenhague, tout le monde disait qu'il fallait monter 3 longs escaliers étroits avec les valises, nous savions à quoi nous attendre. 
- C'est plus facile en anglais. Si vous ne maîtrisez pas cette langue, je ne sais pas si c'est une bonne idée.
- Utilisez-le ici aussi!  Nous avons fait un long weekend à Ottawa et on a loué un superbe appartement airbnb pour l'occasion! 

Si je vous ai tenté et que vous voulez l'essayer, chaque membre de airbnb a l'opportunité d'inviter des amis à s'inscrire et la personne référée obtient 45$ de rabais et le référant 20$.  Donc si vous prenez mon lien pour vous inscrire, vous aurez 45$ de rabais : www.airbnb.ca/c/mcharbonneau62